Carole Roussopoulos

Publié le

Nouvelles d'automne. Hier, nous apprenions la mort de Paul Carpita et voici qu'aujourd'hui nous apprenons le décès (le 22 octobre) d'une pionnière de la vidéo, et militante féministe, Carole Roussopoulos. C'est sous les conseils de Jean Genet qu'en 1969 elle achète une des premières caméra vidéo portables et fonde le collectif Vidéo Out pour "donner la parole aux gens directement concernés". Elle n'a eu de cesse d'accompagner les grandes luttes qui ont suivi mai 68, les conflits ouvriers (les Lip), les luttes anti-impérialistes (Palestine, Black Panthers), homosexuelles (Front homosexuel d'action révolutionnaire) et surtout féministes comme les combats en faveur de l'avortement et de la contraception libre et gratuite dès 1971, la mobilisation des prostituées de Lyon en 1975, celles contre le viol, la lutte des femmes à Chypre et dans l'Espagne franquiste et j'en passe…
Cette année, les 22es Instants Vidéo par le biais des films, installations (explositions) vidéo et performances de Silvia Maglioni et Graeme Thomson, au sujet de Deleuze, vont rendre un hommage vivant à l'Université (rouge) de Vincennes. Nous aurons une pensée pour Carole Roussopoulos puisqu'elle y enseigne la vidéo, au même titre que Jean-Paul Fargier.
En 1982, elle fonde avec Delphine Seyrig et Jonana Wieber, le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, premier centre de production et d'archivage de documents audiovisuels consacrés aux femmes.
Merci pour tout Carole. Nous poursuivrons ton combat.
Marc Mercier
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article